Objectifs 2018

Ce blogue me sert à faire mon suivi et rester « OnTrack ». En 2018, je me donne des objectifs afin d’élever mon niveau de jeu.

  • Perdre 20 livres.
  • Accumuler 2500$ en churning de cartes de crédit et en bonus de comptes bancaires.
  • Obtenir un taux d’épargne de 50%.
  • Publier 2 outils publics.

Perdre 20 livres

Fin 2016, j’avais alors atteint un cap de 250 livres. J’ai eu peur. J’étais maintenant aussi proche de 300 livres que du 200. J’ai commencé à mieux manger en même temps que j’ai débuté ce blog. Durant l’année 2017, j’ai atteint un minimum de 214 livres et je suis maintenant de retour à 220. Je veux donc atteindre le nombre symbolique de 200 livres. Je suis passé de « Obèse » à « Surpoids » selon l’IMC. L’indépendance financière, c’est aussi travailler sur sa future santé. Cela ne sert à rien d’être riche mais d’être malade. On ne peut pas garantir le futur, tumeur, cancer, ou autres maladies incurables. Mais on peut garantir que de prendre soin de son corps maintenant ne peut qu’avoir des impacts positifs pour le future.

Santé/Prendre soin de soi Pas de tumeurs, cancers, etc. Tumeurs, cancers, etc.
Prendre soin de soi Futur en santé Futur non en santé
Ne pas prendre soin de soi Futur non en santé. Futur extrêmement non en santé

 

Bien que de prendre soin de soi ne garantit pas d’être en santé dans le futur, je peux garantir que ne PAS prendre soin de toi, garanti de ne PAS ÊTRE en santé dans le futur. L’optimisme pragmatique est donc la bonne voie à suivre. Si maladies il doit y avoir, d’avoir pris soin de soi peut aider à passer au travers des différents traitements. L’attitude et l’effet placebo aident.

Les premiers 30 livres furent relativement facile, j’ai coupé dans le sucre. Les prochains 20 livres seront plus difficiles !

Accumuler 2500$ en churning de carte de crédit de bonus de compte.

J’ai commencé fin 2017 et les premiers bonus rentreront en 2018. Je me fais ~1300$ facilement avec ces premiers bonus. Je me dis qu’il devrait être possible d’en faire l’équivalent sur les 9 mois suivants. J’aurais pu mettre 3000$ comme objectif, mais cela me semble ambitieux. Je dois étirer les bonus dans le temps dû au prérequis de dépenses. Plusieurs offres arrivent aussi par la poste, on verra ce qui sera disponible !

Obtenir un taux d’épargne de 50%.

Mon taux d’épargne pondéré sur les 12 derniers mois est passé de 45% à 40%. Je veux le ramener vers les 50%, ce qui est agressif étant donné notre maison et nos 3 enfants. Cependant, plusieurs facteurs joueront en notre faveur :

  • Le refinancement de l’hypothèque libère une grosse ponction d’intérêt et augmente nos paiements en capitales.
  • Une augmentation salariale de plus de 13% pour 2018 vs 2017.
  • La réforme fiscale de Trump nous avantages car elle ajoute un nouveau crédit d’impôt de 2000$ par enfant dont je n’avais pas accès en 2017. Elle réduit aussi les taux d’impositions de différents paliers même si elle limite les déductions de taxes des États. Au total, cela devrait être gagnant. La limite du 401(k) est maintenant de 18500$ au lieu de 18000$.

Publier au moins 2 outils publics.

J’ai travaillé sur plusieurs micro-outils récemment. Le premier est une version de « Personal Capital » qui permet de relier les différents comptes de banques et cartes de crédit sur un seul site. Très pratique pour obtenir un aperçu de sa situation financière. Un autre outil est un simulateur du RRQ dynamique. Il permet de voir rapidement les paiements auxquels vous aurez droit et permet de faire des simulations. Mon dernier outil est un sélecteur de cartes de crédit. Il vous montre quelle carte utiliser parmi celles que vous possédez afin de maximiser vos points.

Tous ces outils sont encore en phase betas, mais je veux en publier au moins 2 en 2018, soit en format Google Sheets, soit en application mobile, soit en site web. À suivre. 🙂

Conclusion

Pour me garder « On Track », je ferai une mise à jour de l’état de mes objectifs à chaque trimestre, comme une entreprise.

  • Premier trimestre – 1er avril, à partir des résultats de fin mars.
  • Deuxième trimestre – 1er juillet, à partir des résultats de fin juin.
  • Troisième trimestre – 1er octobre, à partir des résultats de fin septembre.
  • Quatrième trimestre – 1er janvier 2019, à partir des résultats de fin décembre 2018.

Avec ça, je n’aurai pas le choix que d’être honnête envers moi-même !

Let’s go !

Publicité

J’ai rajouté quelques publicités sur le blog. J’ai mis à off mon ‘Ad-Blocker’ pour les voir.
Quelle horreur !! Elles sont partout, en haut dans le header, à droite dans le side-bar, en plein milieu du texte (!!!) et à la fin de la page.

Je vais tweaker ça dans les prochains jours… la publicité à droite ne me dérange pas trop, et celle à la fin du texte, ça va. Mais quelque chose qui interrompt ta lecture ou une publicité qui vient modifier ton expérience de navigation, cela ne va pas du tout ! Je préfère avoir une publicité bien ciblée et utile plutôt qu’un ensemble pèle-mêle. C’est une expérience en construction.

Finalement, avec la traduction du blogue en anglais, je veux faire des expériences sur l’audience. Je vais devoir partager la mailing list afin de rejoindre chaque groupe, mais je ne crois pas que cela rajoute plus de charge de travail, je pense que je peux atteindre une certaine niche au niveau financier avec l’aspect Québec/USA. À suivre! 🙂

Des humbles débuts

Notre famille découvrit les concepts d’indépendance financière sur le tard, en 2015. Pourtant, nous avons commencé à recevoir des revenus qu’à partir de 2001. J’ai donc passé près de 14 ans sans vraiment connaître le sujet ou même savoir que cela existait.

Nous sommes rendus à 300 000$ canadien d’épargne, et pourtant, notre famille a eu un revenu inférieur à la moyenne québécoise pendant la majorité de ces années.

Voici les revenus de notre ménage en comparatif avec la médiane québécoise. Entre parenthèses, le % du revenu vs la médiane des couples avec enfants.

Année Revenu Médiane Québec – 2 personnes ou plus Médiane couple avec enfants
2002 13230 (17.5%) 62300 75800
2003 12226 (15.5%) 61900 79200
2004 11201 (14.5%) 62800 77500
2005 41903 (52%) 64900 81000
2006 48942 (59.5%) 65300 82200
2007 61186 (72.5%) 66400 84600
2008 59872 (72%) 67600 83300
2009 62433 (74%) 68700 84600
2010 62184 (72%) 67800 86100
2011 60707 (66%) 68900 91800
2012 71634 (80.5%) 74500 88800
2013 88150 (98%) 74400 89800
2014 90791 75900* 91600*
Moyenne de toutes les années 52650 (62%)

 

67800 8433

*Les données statistiques de 2014 n’étant pas disponible, j’ai assumé une augmentation conservatrice de 2%.
Source :

Regardez les montants pour chaque année. Nos revenus sont *toujours* en bas de la médiane québécoise. De plus, notre revenu moyen est d’à peine 62% celui de la médiane. C’est donc dire qu’il y a plus que la moitié des ménages avec enfants qui ont eu des revenus plus élevés que nous.

À la fin de 2014, j’estime que notre valeur nette était d’environ 140 000$; soit 70 000$ dans les REERs et 70 000$ dans l’équité de notre demeure. Je n’ai pas les chiffres exacts. En toute transparence, mes revenus de 2015 et 2016 ont triplés.

Nous aurons donc, en seulement 13 ans de carrière, tout en ayant un revenu inférieur à la médiane québécoise accumulé près de 150 milles dollars.

Et durant toutes ces années :

  • Nous avons pris 2 longs congés parentaux pour les enfants, totalisant 11 mois.
  • Nous avons voyagés deux fois outre-mer au coût de plus de 12000$
  • J’ai passé 8 mois à essayer de se lancer en affaire sans succès, j’ai eu des revenus de moins de 1000$ pendant cette période.
  • Nous avons toujours été en vacances une fois ou deux par année à des coûts minimums de 2000$ à chaque fois. Nous n’avons jamais été « cheap » pour les vacances.
  • Nous avons acheté une voiture neuve de plus de 25000$, à crédit.
  • Nous n’avons pas optimisé nos REERs et n’ai pas profité au maximum du bonus de mes employeurs.
  • J’ai investi dans des fonds mutuels « au hasard » sans trop savoir ce que je faisais et je me suis fait manger par des frais de gestion très élevés.
  • J’ai tout transféré mon argent dans des fonds d’actions risqués juste avant la crise financière, m’assurant ainsi de perdre le maximum de mon investissement !
  • Nous n’avons jamais fait notre épicerie avec des coupons. Nous avons toujours acheté ce qui nous tentait. Très rarement nous regardons les prix.
  • Nous n’avions jamais fait de budget, et nous n’en faisons toujours pas. Exception de l’année avant d’acheter la maison, afin de découvrir l’impact sur nos finances.

Si on additionne les revenus de notre famille, nous obtenons 684 000 dollars sur ces 13 ans. La médiane québécoise pour TOUS les ménages de 2 personnes ou plus est de 881 000 dollars. La médiane des couples avec enfants est de 1.1 million de dollar.

C’est donc dire qu’avec un revenu de 400 000$ plus bas que la médiane québécoise, sur 13 ans, nous avons réussi à épargner près de 150 milles dollars, et ce, sans plan, sans conseiller financier, sans comptable, sans diplôme économique, et sans investir à la bourse autrement que par mon employeur.

Nous avons eu quelques bonnes étoiles :

  • Nos frais de scolarité nous fussent payés.
    • Je compte rendre la pareille à mes enfants.
  • Nous avons évité la plupart des mauvaises dettes. Nous avons toujours fait nos paiements à temps, évitant ainsi les frais d’intérêts sataniques que les banques et émetteurs de cartes de crédit chargent.

La conclusion est simple, la moitié des ménages québécois est largement capable d’atteindre l’indépendance financière.  En fait, en tant que société, toutes les familles sont capables d’atteindre l’indépendance financière. Non seulement ça, en tant que société, nous pourrions donc viser de tous arrêter de travailler au maximum à 50 ans.

Nous avons fait un choix de prendre 65-67 ans comme année de retraite, et nous l’assumons tous politiquement. Mais est-ce vraiment un choix ? Pourquoi 65? Pourquoi pas 62? Pourquoi pas 77? Pourquoi pas 43?

C’est cette fatalité qu’il faut remettre en question. On ne se pose pas assez à la question. Ou bien, on se dit que c’est impossible, on n’a pas d’argent. Mais nous le faisons pas, nous visons de chèque de paie à chèque de paie. Quel terrible manque de vision et de perte de ressources.

Cela ne devrait même pas être un phénomène marginal. L’argent est là. Il s’agit juste de prendre en charge ses finances, de faire attention, de s’éduquer sur le sujet, et hop, vous êtes capables.

Dans la rue où j’habitais, une rue bien normale de gens à salaire moyen. Un VR était stationnée sur le tiers des terrains. La plupart des entrées avait 2 automobiles, en général, de moins de 3 ans. Notre voisin immédiat possédait 5 voitures. Je n’ai rien contre posséder un VR. C’est le fun d’avoir la liberté d’un motel mobile. Je n’ai rien contre posséder des voitures neuves; c’est le fun une voiture neuve; ça roule bien, ça se conduit bien, ça ne brise pas. Par contre, ces mêmes gens se plaignaient d’être « Taxé à 50% par le gouvernement » et « Je n’ai pas d’argent pour ma retraite », ou « Je ne peux pas prendre de vacances cette année ».

Ouf! Ce n’est pas que vous n’avez pas d’argent ou que vous êtes taxés à 50%. C’est que vous avez précisément choisi de mettre votre richesse dans des biens à court-terme et que vous vous êtes nuit à long terme. Vous avez fait des choix qui font que votre « vous présent » possède des biens matériels qui rendra votre « vous futur » plus pauvre.

Être riche, c’est d’investir dans votre vous future. Si vous perdez du poids maintenant, votre vous future vous remerciera. Si vous économisez maintenant et vous changer votre mindset, vous, et votre vous future, seront plus heureux.

Toute notre richesse est devant nous, à nous de la prendre, sans honte.

L’indépendance financière dans les médias

Super article de Radio-Canada sur deux couples du Québec qui ont atteint l’indépendance financière : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1021951/retraite-hative-30-ans-emploi-familles

Et aussi une mention de l’article sur Reddit : https://www.reddit.com/r/financialindependence/comments/5zd7uk/for_those_of_you_in_quebec_a_great_article_on/

J’ai fait une analyse des commentaires sur le lien Facebook de l’article

Réactions : 722
Partages : 317
Commentaires : 275

Ce qui est élevé selon les habitudes de Radio-Canada.

Type Commentaires « Likes » Orientation
Différence entre retraite et indépendance financière 2 85 Positive
Facile si t’es riche 29 74 Négative
Cool 9 43 Positive
Jalousie 23 30 Négative
Admiration 1 28 Positive
Ironie 9 16 Négative
Dubitatif/Comment 23 11 Neutre
J’aime mon travail 7 8 Neutre
Doit être plate 3 2 Négative
Immoral 3 2 Négative

Oui, oui. Quelqu’un a bien écrit que c’était immoral de faire cela car nous ne contribuons pas à l’enrichessement de la société au niveau de la RRQ. C’est une façon de voir les choses que je ne partage pas.

Suivi d’une centaine de commentaire mi-positif, mi-négatif, mais les grandes tendances sont mentionné si haut.

Total positif : 156

Total négatif : 124

Total neutre: 19

Les gens débattent sur un sujet encore méconnu, c’est ça que j’aime !

Note : J’ai certains filtres sur Facebook pour les grands trolls de Radio-Canada, alors il est possible que certains commentaires négatifs ne me soient pas présentés.

Avoir le bon esprit mental

Se bâtir des économies, ce n’est pas une course, mais un long marathon. Techniquement, réussir un marathon est très facile, il suffit de savoir mettre une jambe devant l’autre. Le problème se situe au niveau de l’endurance. À plusieurs instants on veut abandonner, chercher une voie plus facile, prendre un raccourci. Économiser est identique. Je pourrais prendre quelques milliers de dollar de mon compte d’épargne et me la couler douce pendant quelques semaines, après tout, je le mérite non ?

Pour m’encourager, je pense à mon « moi » futur. Le même « soi » qui est contant quand le ménage ou la vaisselle a été nettoyé la vieille. Chaque $ économisé maintenant est des $ qui serviront à prendre ça aisé plus tard. Si le plan se concrétise, il ne me reste qu’un maximum de 10 ans à travailler.

Voyons les chiffres :

Le scenario que je préconise :

  • 10 ans de travail à ~48 semaines par années = 2400 jours de travail.
  • 40 ans de retraite = 14610 jours de vacances.

Chaque jour de travail fourni 6 jours de congé (wow!). C’est ce à quoi je réfléchi les matins où ça ne me plait pas d’aller au travail – « Aujourd’hui, ma journée de travail va rapporter 6 jours de congé! ».

Le scénario proposé par les gouvernements est de travailler jusqu’à l’âge de 65 ans, au minimum!

  • 30 ans de travail à 48 semaines par année = 7200 jours.
  • 20 ans de retraite = 7300 jours de vacances.

Ce scénario nous fait travailler 3 fois plus, pour obtenir 2 fois moins de vacances.

  • Patron : Hey, t’aimerais-tu ça travailler 3 fois plus ?
  • Employé : Euh, qu’est-ce que j’obtiens en échange ?
  • Patron : Ben, tu vas avoir 2 fois moins de vacances !
  • Employé : WTF.

Et c’est pourtant une situation que la plupart des gens acceptent comme étant normal. Étrange non ?

Ah oui, devinez-quoi ? L’espérance de vie en bonne santé est encore plus catastrophique. Au Québec, on parle de 70 ans pour les hommes et 73 ans pour les femmes. Disons 72 pour faire un milieu positif.

Donc, mon scénario :

  • 10 ans de travail, 27 ans de vacances en santé.

Celui du gouvernement :

  • 30 ans de travail, 7 ans de vacances en santé.

Ouf, cette fois-ci, on parle de 4 fois moins de vacances (!!!).

Nope, c’est une situation que je refuse et que tout le monde devrait refuser. La vie est courte. Je veux profiter du temps avec ma famille pendant que les enfants sont encore jeunes et pendant que je suis en bonne santé.